Comme chaque année depuis ses 85 ans, nous pensions qu'elle souhaiterait dans la joie son 100 ème anniversaire, réunissant autour d'elle tous ceux qu'elle aime.

IMG_3771

photo personnelle 99 ans (2015)

 Ce fut fait le 12 octobre, mais pas comme elle l'avait décidé et pas comme nous aurions voulu.

Ce n'est pas au restaurant qu'elle a pu s'exprimer et chanter, comme à l'accoutumée, mais dans la maison de retraite qui l'a accueillie au mois d'avril dernier après avoir fait trois AVC. Ceux qui l'aimaient sont venus l'embrasser, nous étions une vingtaine, environ un tiers des gens habituellement présents.

Très diminuée puisqu'elle ne peut plus parler et sa motricité très lente ne lui ont pas permis d'avoir envers nous les gestes tendres qu'elle savait procurer, seuls, ses yeux et son sourire ont gardé leur éclat et cela nous a permis de voir qu'elle reconnaissait chacun d'entre nous. Nous étions heureux de voir qu'elle avait encore sa conscience, mais nous étions très triste de penser que le ciel ne lui avait pas permis de célébrer, marquer et arroser ses 100 ans, elle qui se réjouissait tant.

On y a cru jusqu'au bout. Rien ne laissait présager que brutalement elle serait diminuée. Elle a toujours fait plus jeune, levant encore la jambe pour ébaucher quelques pas de danse il y a encore peu de temps. Son humeur toujours charmante, son humour jamais grinçant, ses conversations brillantes, attrayantes et parfois captivantes, tout en restant à l'écoute de son interlocuteur et lui laissant la part belle, ont fait d'elle une personne charmante à la compagnie agréable. C'est ainsi que son appartement ne désemplissait pas du matin jusqu'au soir, chacun venant la voir. Les invitations allaient bon train et jusqu'au mois d'avril 2016 elle conviait encore chez elle à un apéro dinatoire. Elle ne se plaignait jamais et pourtant dans sa vie elle a beaucoup souffert physiquement comme moralement, mais la vie a toujour été la plus forte jusqu'à ce jour où elle s'est effondrée d'un coup pour ne se relever qu'amoindrie, affaiblie et réduite à une vie très ralentie. Ainsi est le destin .......

Malgré nos petits pincements au coeur, les moments passés auprès d'elle nous ont permis de lui chanter le refrain de la chanson :  Il Pétille de Lina Margy (1948), qu'elle aimait tant : 

Il pétille dans nos verres,  ce champagne troublant ; Ne fais pas de manières on n'a pas tous les jours vingt ans. Sa mousse est plus légère que la rosée du printemps ;
Il pétille dans nos verres dans tes yeux dans nos coeurs c'est le vin du bonheur.
Ecoute les oiseaux chantent ton rire m'enchante et l'amour est vainqueur.

Les parties de rigolades avec elle ne sont plus maintenant que je jolis souvenirs. Désormais nous allons la voir à la maison de Retraite où elle est très bien entourée et où elle reçoit de très bon soins, jusqu'au jour où elle s'endormira pour s'éteindre comme une petite chandelle emportant avec elle tout notre amour.

bloggif_56e5ad18c56fb