Je vais essayer de prendre un rendez-vous ... je vais essayer de finir cette lettre pour demain ... je vais essayer de ranger mes affaires .... je vais essayer de ne plus être un panier percé qui me vaut bien des tourments .... je vais essayer de maigrir de quelques kilos, ma santé en dépend ....je vais essayer d'être sympathique avec les autres et d'avoir le sourire en me levant ...

On ne peut que ricaner comme une hyène qui s’esclaffe de son rire grinçant et sinistre qui nous taille un beau costard, sachant que toutes ces belles intentions ne sont que des essayages de pacotilles qui ne tiennent que le temps d'un instant balayés par des vents pleins d'envies freinés par la paresse, le laisser aller, la flemme, la négligence, la fainéantise, l'oisiveté et tutti quanti. c'est tellement plus reposant !

Chaque fois que j'entends quelqu'un dire : " je vais essayer ..." ou que parfois je me surprends à le dire, je sais pertinemment que la conviction n'est pas suffisante pour arriver à tout mettre en oeuvre afin d'atteindre le but recherché. C'est ainsi qu'on laisse courir en pensant qu'on peut encore attendre un peu, qu'on n'est pas prêt(e), que demain, après-demain il sera bien temps. Mais le temps, lui, n'attends pas et s'il n'y a pas une date butoire au projet on peut parfois se retrouver dans de beaux draps surtout quand il faut payer ses impôts à l'heure, des dettes et des crédits. On peut procrastiner sur certaines choses mais pas sur tout.

J'ai remarqué durant mon enfance, dans de nombreuses maisons, que de belles cheminées ne vivaient pas car leurs propriétaires trouvaient que ramasser les cendres étaient une corvée. Ils préféraient  vivre dans une atmosphère sans âme qui petit à petit amène dans votre corps un froid indicible qui envahit sournoisement vos épaules puis vos bras. Ils préféraient lire sous une loupiote blafarde avec pulls et gilets entassés, plaid recouvrant leur corps et bouillotte aux pieds plutôt que de donner la vie à l'âtre d'une cheminée, pièce maîtresse de leur habitation. 

Quel bonheur et quelle joie d'être devant un feu de cheminée, justement à ne rien faire, qu'à regarder les flammes danser de vraies sarabandes endiablées, qui vous envoûtent, vous réchauffent jusqu'à parfois vous picoter les yeux. Quel bonheur d'entendre le crépitement du bois,  de voir des langues de feux jaunes, oranges et rouges se mélanger pour former des camaïeux à l'infini. A force de regarder, le vide se fait dans votre esprit, une douce torpeur vous envahit réchauffant votre corps et votre coeur, jusqu'à fermer vos yeux et partir ....... Combien de gens se privent de bonheurs simples, quand leur paresse ou leur flemme est plus forte que leur plaisir. Ce sont souvent les mêmes personnes qui procurent du plaisir aux autres, parce qu'elles font, par envie et par plaisir, sans calcul. Quand elles ne font plus, il n'y a personne pour les remplacer. Dommage que tout parte en fumée ......

A bien réfléchir, ce verbe "essayer" est plutôt négatif et réducteur. Imaginons un peu cette scène :

Vous êtes dans un avion de ligne et le commandant de bord annonce au micro :

" Chers passagers, nous survolons maintenant Rio de Janeiro et je vais essayer d'atterrir ..... "

On peut comprendre aisément qu'une panique se déclenche dans l'avion n'est-ce-pas ! Eh bien, quand nous employons ce terme, nous mettons la même panique dans notre cerveau.

Soit on fait, soit on ne fait pas, mais on n'essaye pas. L'intention n'est pas une action. On obtient des résultats en faisant arriver les choses.

 

bloggif_57d587fc414e8